Auteur : Anne Barton

Editeur : Mosaïc

Prix :

19.90 €

379 pages

 

Résumé (éditeur) :

Londres, 1815.

Couturière dans une boutique de mode de Bond Street, Annabelle accomplit son rêve. Là, au milieu des taffetas, des satins, des soies et des dentelles, elle crée des robes uniques pour les élégantes de la haute société. Mais le rêve s’arrête hélas chaque soir quand elle quitte son travail … Trop pauvre pour payer les soins dont sa mère malade a besoin, Annabelle a en effet cruellement besoin d’argent. Atel point qu’elle n’a pas trouvé d’autre solution (au prix d’un petit arrangement avec la morale) que de faire chanter de riches Londoniens, en utilisant les secrets inavouables et les potins sulfureux échangés à mi-voix par les clientes, dans l’intimité du salon d’essayage. De toute façon, pour sauver sa mère, Annabelle extorquerait des fonds à l’archevêque lui-même !

Jusqu’au jour où le séduisant duc de Huntford la démasque. Terrifiée, Annabelle l’écoute alors exiger d’elle qu’elle mette ses talents de couturière à son service, en confectionnant une garde-robe complète pour ses deux jeunes sœurs. Elle restera sa captive, chez lui, tant qu’elle n’aura pas terminé. A ce prix seulement, il acceptera de ne pas la dénoncer.

 

Mon avis :

Depuis toujours, j’aime les romances historiques où l’héroïne finit forcément avec le beau duc/vicomte/marquis. J’aime le romantisme, la légèreté et les Happy ever after. Je n’ai donc pas été déçue par ce roman.

J’y ai retrouvé tout ce qui me plaît dans ce genre de roman. Certes, on sait dès le départ comment l’histoire se termine mais j’ai passé un bon moment avec Annabelle et Owen Huntford. Ils sont tous les deux attachants et divertissants. La relation amoureuse entre les deux est mignonne. Les deux petites sœurs d’Owen sont drôles et attendrissantes et dévoilent un côté d’Owen tendre et doux.

Malgré son titre en français, le roman n’a aucun rapport avec l’œuvre de Jane Austen (que j’adore bien évidemment). Le seul lien serait peut-être l’époque à laquelle l’intrigue se déroule.

Le roman d’Anne Barton ne révolutionne pas le genre mais je l’ai vraiment beaucoup aimé et je l’ai lu d’une traite, chat sur les genoux et théière remplie à portée de main. Idéal pour les vacances ou un dimanche pluvieux !