Auteur : Holly Goldberg Sloan

Editeur : Gallimard Jeunesse

Prix : 17.50 €

359 pages

Résumé (éditeur) :

La jeune Willow Chance n’est pas une adolescente comme les autres et l’assument sereinement. Willow est un génie, fascinée par le chiffre 7 qui ponctue tout ce qui lui arrive d’important. Quand elle perd ses parents dans un accident de la route, son monde et son bonheur volent en éclats. Il faut les reconstruire … à l’aide des rencontres les plus inattendues.

 Un roman dénué de sentimentalité mais qui fait pleurer, une histoire de tragédies, mais qui fait rire, un hymne à la vie, désarmant, désopilant, poignant et merveilleux. (4ème de couverture)

Mon avis

Ce roman m’a beaucoup émue. Je ne lis que des romances depuis plusieurs semaines. La vie par 7 a été une pause dans ma période histoires romantiques.

L’histoire est celle de Willow, une jeune fille de 12 ans, qui est surdouée. Cette particularité fait d’elle une jeune fille hors normes qui ne rentre dans aucun cadre. Elle aime le chiffre 7, le jardinage, la médecine et lire des ouvrages de scientifiques reconnus. Elle ne comprend pas les autres enfants de son âge et ne voit pas l’intérêt d’avoir des interactions sociales avec les autres. Ses parents sont ses seuls interlocuteurs, qui font de leur mieux pour essayer de la comprendre.  Sa solitude et ses difficultés d’intégration m’ont parfois fait mal au cœur. La perte de ses parents ne fait qu’intensifier son mal être et son sentiment d’exclusion. En plus de devoir essayer de se construire une vie sociale sans ses parents, Willow doit faire face à ce qui arrive aux orphelins qui n’ont plus de famille : le placement en foyer ou en famille d’accueil.

Sa rencontre avec un conseiller d’éducation, un chauffeur de taxi,  un jeune garçon lui aussi un peu dans son monde et sa famille amène dans la vie de Willow des tas de bouleversements, qu’elle ne sait pas comment gérer mais qui vont changer sa vie à tout jamais.

Willow m’a beaucoup touchée. Elle ne sait pas comment vivre avec les autres. Au contact de ses nouveaux amis, elle découvre tout un tas de sentiments et surtout se découvre elle-même.

J’ai trouvé qu’aborder la thématique des personnes surdouées et de leurs difficultés au quotidien ainsi que le système de protection de l’enfance  original et intéressant mais c’est surtout que l’auteure ne tombe pas dans le sentimentalisme excessif pour faire pleurer le lecteur. Au contraire, ce roman véhicule un message d’espoir et nous montre que même dans les pires situations, il y a du positif.

J’avais lu il y a quelques années son premier roman traduit en France, qui s’appelle Cavale, que j’avais adoré, qui m’avait beaucoup impressionnée. J’aime que l’auteure nous fasse ressentir des choses fortes, qui nous serrent le cœur, qui nous font sourire et qui font qu’en refermant le roman, on en garde un souvenir marquant.