Auteur : Amy Engel

Editeur : Lumen

Prix : 15 €

341 pages

Résumé (éditeur) :

Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former et ce qui reste des Etats-Unis s’est choisi un président. Mais deux familles se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie sensée assurer l’unité du peuple

J’ai seize ans cette année et mon tour est venu

Je m’appelle Ivy Westfall et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…

Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.

Née pour trahir et faite pour tuer … Sera-t-elle à la hauteur ?

Mon avis :

Le point de départ de ce roman n’est pas novateur mais la manière d’écrire de l’auteure est agréable et plaisante à lire. En effet, on est ici dans une dystopie. Le monde s’est effondré et les survivants ont recréé une société, ou du moins ce qui s’en approche, pour continuer à vivre. Il y a deux catégories de gens : ceux qui ont gagné et ceux qui ont perdu. La société est donc divisée en deux groupes.

Ivy appartient à la famille des perdants. Comme le veut la tradition, elle doit se marier avec un garçon qui appartient au clan des gagnants. Et elle ne doit pas épouser un garçon anonyme mais le fils du président, Bishop. Dans le plus grand secret, Ivy a été élevée par son père et sa sœur ainée dans le seul but d’épouser Bishop puis de le tuer pour que son camp reprenne le pouvoir.

Ivy est une jeune fille qui m’a fait de la peine. Personne ne prend en compte ce qu’elle veut. Sa famille lui accorde de l’importance uniquement parce qu’elle est utile à leur cause. Elle n’est qu’un pion dans une lutte de pouvoir et une anonyme dans une société qui régit la vie de tous ses habitants. L’intérêt général doit pimer sur les désirs personnels. Au début de sa rencontre avec Bishop, Ivy est méfiante et pleine d’a priori mais plus elle apprend à le connaître, plus elle se débarrasse de ses préjugés. J’ai vraiment beaucoup aimé son évolution au fil de l’intrigue.

Bishop est aussi un personnage émouvant. D’une certaine manière, il est lui aussi prisonnier de cette lutte de pouvoir et donnerait beaucoup pour changer de vie. La relation entre Ivy et Bishop est jolie et douce.

Les rebondissements du roman donnent du rythme à la lecture et on sent la montée vers le cliffhanger de fin. J’ai vraiment hâte que le tome 2 sorte en France parce que je veux savoir ce que l’avenir réserve à Ivy et Bishop.