Editeur :Nathan  

378 pages  

Prix : 16,50 euros  

   

Résumé  

Aria, 17 ans, a grandi dans une immense Capsule. Comme tous les Sédentaires, elle passe ses journées dans des    mondes virtuels, à l’abri de tous dangers. Mais un jour, accusée d’un crime qu’elle n’a pas commis, Aria est bannie, abandonnée en pleine nature ravagée par les tempêtes d’Ether. Sa seule chance    de survie apparaît alors sous les traits de Perry, un chasseur aux cheveux hirsutes et à la peau tatouée. Malgré la terreur qu’il lui inspire, Aria n’a d’autre choix que de lui proposer un marché qui va bouleverser leur vie à jamais.  

Mon avis :

Avec Never sky, j'ai passé un très bon moment de lecture. Cette nouvelle série appartient au genre certes très    en vogue de la dystopie mais c'est une dystopie très réussie. Never sky (en VO :Under the never sky)    est le premier tome de la série qui porte le même nom. A l'heure actuelle, seul le premier tome a été traduit en français, le second tome venant de sortir dans les librairies américaines.  

 Dans ce roman, on retrouve un monde dans lequel deux "sociétés" s'opposent : les Sédentaires contre les    Sauvages. Les deux personnages principaux incarnent chacun un de ces deux groupes, ce qui met encore plus l'accent sur le gouffre qui séparent les sédentaires des sauvages. Cela soulève la    question de la civilisation contre la barbarie, thème qui revient dans la littérature depuis des siècles. Je trouve que l'auteure brouille les pistes sur ce sujet, nous poussant à nous demander    qui des Sédentaires ou des Sauvages est le barbare. Never sky décrit un monde similaire au nôtre au départ mais qui a du s'adapter à un grand    changement, poussant certains à se réfugier dans la technologie et d'autres à survivre tant bien que mal dans une société en régression. Le roman est construit sur l’alternance entre le point de    vue d’Aria et de Perry, ce qui permet d’approfondir les personnages.  

J'ai beaucoup aimé les personnages d'Aria et de Perry. Chacun à leur façon, ils cherchent leur place dans leur    société d'origine mais n'y parviennent pas vraiment. Le choc des cultures lors de leur rencontre dans le désert est plus que violent. Perry représente ce qu'Aria craint et déteste et vice-versa.    Petit à petit, ils arrivent à s'apprivoiser et à s'apprécier. Ils sont tous les deux à la recherche de la personne disparue qu'ils aiment le plus au monde et vont s'entraider pour réussir à les    retrouver. J'ai aimé la lenteur de leur relation parce que cela nous permet de découvrir la complexité de leur personnalité mais aussi leur attachement l'un à l'autre. Les personnages secondaires    sont introduits dans ce premier roman, notamment celui de Roar, le meilleur ami de Perry. Il est également question de Liv, la soeur de Perry dont Roar est amoureux depuis toujours. Veronica    Rossi a consacré un petit roman à leur couple : Roar and Liv, Under the Never sky 1.5. Reste le personnage de Cinder, jeune garçon énigmatique aux    pouvoirs étonnants.  

Je recommande donc Never sky à tous les fans du genre. C'est    vraiment un bon roman, avec une intrigue solide, des personnages forts et attachants et une plume fluide et agréable à lire.