Auteur : Johan Heliot

Editeur : Seuil

321 pages

Prix : 14.50 €

 

Résumé éditeur :

Dans ce monde-là, la plupart des humains ont été réduits à l’état d’esclaves simples d’esprit. On les appelle les substituts.

Tya est l’une d’entre eux. Et rien ne la prédisposait à se distinguer. Mais Tya a découvert en elle une force étrange qu’aucun autre Sub ne possède. Une force faite de mots et de phrases, qui pourrait se répandre et devenir une arme redoutable au service de la liberté. Cette force, c’est la connaissance.

Le temps de la révolte est venu.

Mon avis :

J’ai une sorte de répulsion pour les romans écrits par des auteurs français. Je ressors toujours d’une lecture d’un roman français déçue. Ça ne rate jamais. Sauf cette fois-ci. Je ne connaissais Johan Héliot que de nom. Je me suis lancée dans la lecture de ce roman avec la certitude de trouver ça long et de mauvaise qualité.

Eh bien, comme le dit le dicton, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. J’ai vraiment beaucoup aimé Les Substituts. Je me suis laissée happée dans le monde de Tya dans lequel seuls les humains les plus Hauts ont droit à la connaissance. Les plus bas, les Substituts, sont tout juste capable de parler et de ressentir les émotions les plus basiques.

Le jour de ses 14 ans, Tya est envoyée hors du Parc, où vivent tous les Subs, pour travailler pour les Hauts. Elle prend alors conscience d’un tas de choses, notamment du fait qu’elle comprenne et enregistre tout ce qui l’entoure. Ses souvenirs, ses rêves et ses propres pensées lui reviennent en mémoire. Tya se retrouve alors actrice d’une révolte qui grondait depuis longtemps …

J’ai vraiment aimé le style de Johan Héliot. Il parvient à créer un univers qui parait presque réel. Tya est une jeune fille à laquelle on s’attache rapidement. Les autres personnages sont un peu moins développés mais comme il s’agit d’un premier tome, ce n’est sûrement que partie remise. Ce roman n’est pas sans rappeler Hunger Games, Divergente ou encore Enclave mais cette fois-ci, c’est un auteur français qui s’y colle et je dois avouer que c’est une réussite. Les Substituts vaut vraiment le détour. Une très bonne lecture !!