Auteur : Becca Fitzpatrick

Editeur : Editions du Masque

Collection : Msk

Prix : 17 €

358 pages

Résumé (éditeur) :

Dans le blizzard, méfiez-vous des apparences…

Enfin les vacances de printemps commencent ! Le soleil brille, un parfum de liberté flotte dans l’air. Britt a réussi à  persuader sa meilleure amie de partir à l’aventure une semaine en pleine montagne. Manque de chance, son ex Calvin s’impose à la dernière minute comme accompagnateur. Partagée entre son désir de le reconquérir et celui de tourner la page, elle décide de profiter du séjour coûte que coûte et de se prouver qu’elle peut survivre sans lui. Mais les deux amies se retrouvent bientôt prisonnières d’une tempête de neige inattendue qui les force à accepter l’hospitalité de deux mystérieux randonneurs.

Mon avis :

Ce roman a été une agréable surprise. Je ne suis pas une grande fan de romans policiers ou de thriller mais quand j’ai vu le nom de l’auteure, je me suis laissée tentée. J’ai adoré sa saga Hush Hush il y a quelques années maintenant. Becca Fitzpatrick publie peu mais en général, l’attente vaut le coup.

On retrouve tous les éléments du thriller : une ambiance inquiétante – parce que oui, étrangement, restée bloquée sur une montagne en pleine tempête de neige sans moyen de communication, c’est flippant -, une héroïne qui ne sait pas si elle peut faire confiance à des inconnus, des rebondissements bien orchestrés et inattendus et surtout un suspense qui se maintient presque jusqu’à la fin. N’étant pas une spécialiste de ce type de roman, je ne peux pas dire si c’est très réussi ou pas. Mais en tant que lectrice occasionnelle de thriller, j’ai un avis plutôt positif sur Black Ice. Je ne me suis pas ennuyée au cours de ma lecture. Il y a de l’action, des rebondissements, des révélations bien égrenés au fil de l’histoire.

Les personnages sont intéressants et comme souvent dans les intrigues policières et à suspense, certains que l’on croyait gentils se révèlent en fait être les méchants et vice-versa. On partage l’angoisse et la volonté de survivre de Britt, on découvre la vérité en même temps qu’elle. Il y a même le – certes un peu classique – happy ending mais sans que ce soit trop mièvre.

Cette fois-ci, Becca Fitzpatrick s’est contenté d’un one shot. Je recommande ce roman aux fans de thriller mais aussi aux personnes qui aiment cette auteure, qui démontre une nouvelle facette de son talent d’écrivain.